Les cascades d’Uluru en Australie: d’un mythe à la réalité

de le 19 Août 2016 dans Les chutes d'eau du monde | 0 comments

On les appelle les cascades d’Uluru, mais la majeure partie de l’année, ces écoulements d’eau ne laissent apparaître que des traces asséchées par le vent et le soleil. Il faut vraiment avoir beaucoup de chance pour les apercevoir puisque oui, ces cascades ne sont visibles qu’une ou deux fois par an. Rassurez vous, il ne s’agit pas d’un mythe et quand elles apparaissent, le spectacle est tout simplement éblouissant.

cascades d'Uluru

La pluie comme source des cascades d’Uluru

Contrairement aux autres chutes d’eau, les cascades d’Uluru n’apparaissent qu’après une forte pluie ou du moins après 30 à 40 mm de pluie par jour. Sans cela, elles seraient inexistantes surtout que dans la région où se trouve l’îlot rocheux, les pluies sont très rares. Toutefois, lorsqu’elles décident de tomber, elles donnent naissance à un vrai déluge puisque si la région connaît 300 l/m²/an, plus de la moitié peut tomber en un seul jour.

L’Uluru, un massif isolé

cascades Uluru AustralieIl s’agit d’un massif isolé qui se dresse, immense et superbe, au cœur de l’outback australien. Malgré l’aridité de cette zone, l’Uluru, grâce à ses nombreux replis donnant naissance à des zones ombragées, abrite une faune et une flore exceptionnelle qui se réveillent dès que la pluie se met à tomber. Même en l’absence des cascades, ce rocher immense attire des milliers de visiteurs par an grâce à sa beauté mystérieuse et à sa couleur rouge qui donne un très joli contraste avec la plaine qui l’accueille. Le spectacle qu’il offre en toutes saisons est tellement extraordinaire que le site a été classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. En 1933, l’inselberg reprit son nom d’origine qui est Uluru.

Accessible, mais sous certaines conditions

L’ascension du rocher est possible, mais sous de nombreuses conditions puisque la majeure partie est interdite d’accès à cause de son caractère sacré pour les aborigènes. D’ailleurs, dès l’entrée du parc, les visiteurs pourront lire « Pukulpa pitjama ananguku ngurakutu » qui signifie « les Anangu vous accueillent sur la terre des aborigènes ». Ce fut en 1977 qu’une partie de la gestion du site fut confié aux Aborigènes qui chérissent ce territoire sacré de leurs ancêtres. Les touristes pourront ainsi entreprendre l’ascension tout en respectant les lieux interdits indiqués par des panneaux. Il peut s’agir de grottes décorées, de gorges ou de cascades.

Une île en plein désert

L’Uluru se dresse telle une île en plein désert. C’est d’ailleurs son isolement associé à sa stature imposante qui lui a valu l’adjectif d’inselberg, à savoir un iceberg apparaissant à la surface de la terre. Le rocher s’étend sur 3 600 m de long sur une largeur de 2 400 m avec une base de 9 000 m. Son somment culmine à 348 m au-dessus de la plaine.

Partagez cet article avec vos amis